Angola/17 SEPTEMBRE 2020: JOURNÉE DES HÉROS NATIONAUX: VIE ET TRAVAIL DU DR. ANTÓNIO AGOSTINHO NETO

C’est aujourd’hui qu’a été célébrée à Kigali la JOURNÉE DES HÉROS NATIONAUX d’Angola. L’on s’est focalisé sur le premier Président de ce pays, Dr Antonio Agostinho Neto, notamment sur sa vie et le travail qu’il a réalisé. Lire le dossier suivant:

VIE ET TRAVAIL DU DR. ANTÓNIO AGOSTINHO NETO

António Agostinho Neto est né le 17 septembre 1922 à Kaxicane, paroisse de São José, municipalité d’Icolo et Bengo.

Icolo e Bengo est une municipalité de la province de Luanda, basée dans la ville de Catete. Elle a une superficie de 3 819 km2, une population de 126 935 habitants, soit 33,23 habitants par km2.

António Agostinho Neto est le fils d’Agostinho Neto, catéchiste de la Mission méthodiste américaine à Luanda (plus tard pasteur et enseignant à Dembos) et de Maria da Silva Neto, enseignante[4].

L’American Methodist Mission est une église d’origine anglaise issue du mouvement de réveil spirituel chrétien qui a eu lieu au XVIIIe siècle en Angleterre en 1739, dirigé par le révérend John Wesley (1703-1791) et son frère Charles Wesley (1707-1788), considéré comme l’un des plus grands représentants de la musique sacrée protestante, tous deux ministres de l’Église anglicane.

Dembos est une municipalité de la province de Bengo, le siège de la municipalité est la ville de Quibaxe qui est située à 180 km au nord de la ville de Caxito. En 2014, elle comptait 28 202 habitants.

Ses parents s’installent à Luanda et le 10 juin 1934, il obtient le certificat d’études primaires. En 1937, il commence ses études secondaires au Liceu Salvador Correia, qu’il termine en 1944[4].

Liceu Salvador Correia, fondé le 22 février 1919 (101 ans) qui, depuis 2008, s’appelle l’école Mutu-ya-Kevela et s’appelle maintenant le Magistère Mutu-ya-Kevela (MMK), avec une capacité de 6 000 élèves. Une grande partie de l’élite intellectuelle du pays est passée par cette école.

Après avoir terminé ses études secondaires, le Dr António Agostinho Neto a été engagé par les services administratifs de l’Afrique occidentale portugaise comme employé des services de santé, élargissant à cette époque sa vision du problème colonial [4].

L’Afrique occidentale portugaise fait référence à l’Angola pendant la période historique coloniale, lorsque ce pays était un territoire sous domination portugaise en Afrique du Sud-Est. Dans le même contexte, il est parfois appelé Angola colonial, Angola portugais (officiellement, État d’Afrique de l’Ouest).

Cependant, le contrôle total de l’ensemble du territoire de l’Angola n’a été obtenu qu’au début du XXe siècle, lorsque des accords avec d’autres puissances européennes, lors du conflit pour l’Afrique, ont fixé les frontières intérieures de la colonie. Le 11 juin 1951, le statut de la colonie d’Angola a été élevé à la province d’Angola d’outre-mer et finalement, en 1972, à l’État d’Angola. En 1975, l’Angola portugais est devenu la République populaire d’Angola, déjà en tant que territoire indépendant de l’Afrique de l’Ouest et centrale.   

En 1948, le Dr António Agostinho Neto reçoit une bourse des Méthodistes américains, quitte l’Angola et s’embarque au Portugal pour fréquenter la Faculté de médecine de l’Université de Coimbra. À Coimbra, il devient l’un des fondateurs de la section de la Casa dos Estudantes do Império (CEI). Plus tard, il est passé à la faculté de médecine de l’université de Lisbonne, poursuivant son activité au sein de la CEI.   

La Casa dos Estudantes do Império (CEI) a été fondée en 1944 par le ministre des colonies portugaises, Vieira Machado, du régime de Salazar. C’était une institution d’État qui fonctionnait comme une république étudiante, maintenue pour accueillir les différents étudiants des colonies portugaises qui allaient étudier dans la métropole (Portugal).

La Casa dos Estudantes do Império (CEI) a été créée pour renforcer “la mentalité impériale et le sentiment du Portugal parmi les étudiants des colonies”, répondant également à la nécessité de rassembler dans un même espace de coexistence les étudiants des colonies portugaises, qui jusqu’alors ne disposaient pas d’établissements d’enseignement supérieur, ou pour aider ceux qui avaient besoin de compléter les crédits universitaires au Portugal.

Au sein de la CEI, le Dr António Agostinho Neto fonde le Mouvement des revues, en collaboration avec Lúcio Lara et Orlando de Albuquerque, et le groupe “Découvrons l’Angola”, qui a donné naissance au “Mouvement des jeunes intellectuels d’Angola”[4].

La Casa dos Estudantes do Império (CEI) a été fermée par PIDE le 6 septembre 1965.

En 1948, António Agostinho Neto a été arrêté par la Police internationale et la Défense de l’État (PIDE), à Lisbonne, alors qu’il recueillait des signatures pour la Conférence mondiale de la paix, et a été emprisonné pendant trois mois.

A sa libération, Agostinho Neto, en partenariat avec Amílcar Cabral, Mário Pinto de Andrade, Marcelino dos Santos et Francisco José Tenreiro, a fondé clandestinement le Centre d’études africaines, institution qui sera fermée par PIDE en 1951)[4].

Toujours en 1951, Agostinho Neto est élu représentant de la Jeunesse des Colonies portugaises (JCP) aux côtés du Mouvement d’Unité Démocratique – Jeunesse (MUD-J), groupe fortement lié au Parti communiste portugais (PCP). Les activités au sein du PCE lui valent une nouvelle incarcération par la PIDE, à Lisbonne, en 1951.

En 1955, Agostinho Neto est de nouveau arrêté pour ses activités politiques au sein du JCP et du MUD-J, et condamné à 18 mois de prison.

Cette dernière arrestation d’Agostinho Neto a mobilisé de nombreux intellectuels en sa faveur, qui ont lancé une pétition internationale pour sa libération, parmi lesquels Simone de Beauvoir (1908-1986 – était une écrivaine française, philosophe existentialiste, mémorialiste et féministe, considérée comme l’une des plus grandes représentantes de l’existentialisme en France), François Charles Mauriac (1885-1970 – écrivain français récompensé par le prix Nobel de littérature en 1952, en reconnaissance de la profonde imprégnation spirituelle et artistique avec laquelle les romans ont pénétré le drame de la vie humaine), Jean-Paul Sartre (1905-1980 – philosophe et écrivain français, l’un des plus grands existentialistes de France avec le célèbre ouvrage – “L’être et le rien”) ; et le poète cubain Nicolás Cristóbal Guillén Batista, (1902-1989 – poète cubain et militant communiste). [4]

Il était encore emprisonné lorsque, le 10 décembre 1956, le Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola (MPLA) a été fondé[4], à partir de la fusion de groupes principalement nationalistes Partido da Luta Unida dos Africanos de Angola et le Parti Communiste Angolais, ainsi que d’autres groupes plus petits[5].

Libéré en juillet 1957, Agostinho Neto s’est consacré à la finalisation de ses études, obtenant son diplôme de médecine à la Faculté de médecine de l’Université de Lisbonne le 27 octobre 1958[3].

En 1959, Agostinho Neto a rejoint le Mouvement anticolonial (MAC).

Il fait partie de la génération d’étudiants africains qui joueront un rôle décisif dans l’indépendance de leur pays dans ce qui sera connu sous le nom de guerre coloniale portugaise.

Le 22 décembre 1959, avec sa famille, Agostinho Neto se rend à Luanda, où il ouvre un cabinet médical. Il commence à organiser les activités politiques du MPLA et prend la direction du mouvement la même année.

Le 8 juin 1960, Agostinho Neto est arrêté à Luanda par la Police Internationale et la Défense de l’État (PIDE), la police politique du régime de Salazar alors en vigueur au Portugal, suscitant de grandes manifestations de solidarité devant son cabinet médical. Des opérations de police sont menées contre ses partisans et le village où il est né, Kaxicane, municipalité d’Icolo et Bengo, est envahi par les forces de police.

Le Dr António Agostinho Neto est conduit à la prison de l’Algarve au Portugal, étant peu après déporté dans l’archipel du Cap-Vert, installé dans la prison de Ponta do Sol, île de Santo Antão ; enfin il est transféré à Campo do Tarrafal, où il reste jusqu’en octobre 1962. C’est en prison qu’il écrit certains de ses principaux poèmes.

À peine libéré, il est à nouveau arrêté et transféré dans les prisons d’Aljube, à Lisbonne, au Portugal. La forte répercussion internationale due à son emprisonnement conduit plusieurs périodiques et intellectuels à faire campagne contre le Portugal, ouvrant ainsi la guerre coloniale portugaise, qui avait débuté en Angola le 4 février 1961. Ainsi, Agostinho Neto est libéré de prison en mars 1963.

Une fois libéré, Agostinho Neto reste à Lisbonne, où il établit sa résidence, jusqu’en juin 1963, date à laquelle il fuit le Portugal avec sa famille, s’installant à Kinshasa, en République du Zaïre, ancien Congo belge, aujourd’hui République démocratique du Congo (RDC), où le MPLA avait son siège en exil, reprenant les fonctions de président effectif du MPLA lors de la Conférence nationale du mouvement (en raison de la prison, était président honoraire depuis 1961). La même année, Agostinho Neto déplace le siège du MPLA à Brazzaville, suite à son expulsion du Zaïre.

En 1968, il a transféré sa famille à Dar-Es-Salam/République unie de Tanzanie, où il est resté jusqu’au 4 février 1975, date à laquelle il a été reçu à Luanda.

Conformément aux accords d’Alvor, au Portugal, le “gouvernement de transition” est formé, qui comprend le MPLA, le Portugal, le FNLA et l’UNITA.

En mars 1975, le FNLA déclare la guerre au MPLA et les conflits commencent. Agostinho Neto dirige le MPLA jusqu’à la proclamation de l’indépendance de l’Angola, ces conflits étant le prélude de la guerre en Angola. 

C’est le 11 novembre 1975 que l’Angola est déclaré indépendant et que le Dr António Agostinho Neto est proclamé premier président de la République populaire d’Angola, commandant en chef des FAPLA et président du MPLA. Il assume également la fonction de recteur de l’Université d’Angola, actuelle Université Agostinho Neto, et président de l’Union des écrivains angolais, fonction qu’il a exercée jusqu’à la date de son décès le 10 septembre 1979.

Le 17 septembre, l’Angola célèbre la Journée du héros national, en commémorant le jour de la naissance du Dr António Agostinho Neto[1][2].

Œuvre littéraire

Poésie [16]

– 1957 – Quatre poèmes d’Agostinho Neto, Póvoa do Varzim

– 1961 – Poèmes, Lisbonne, Maison des étudiants de l’Empire

– 1974 – Sagrada Esperança, Lisbonne, Sá da Costa (comprend les poèmes des deux premiers livres)

– 1982 – L’impossible démission, Luanda, INALD

– 2016 – Œuvre poétique complète, Lisbonne, Fondation Dr. Agostinho Neto

Politique

– 1974 – Qui est l’ennemi… quel est notre objectif ?

– 1976 – Détruire l’ancien pour construire le nouveau

– 1980 – Toujours mon rêve

– Le chemin de la brousse

– Aspiration

– Feu et rythme.

En 1970, il a reçu le prix Lotus de la 4e Conférence des écrivains afro-asiatiques [4].

En 1975-1976, il a reçu le prix Lénine pour la paix.

VIVE LE JOUR DU HÉROS NATIONAL. SUIVONS VOTRE EXEMPLE. (Fin)

Please follow and like us: