Rwanda News Agency Grands Lacs Hebdo

The Rwanda News Agency website is a newswire based in Kigali. It is neither state-owned nor state-run.

It is a subscription service and you are not logged in, so some content is hidden. Login to access full stories, or register for a free trial.

La ZLEC offre un marché libéralisé propre à stimuler la productivité agricole et l’agro-industrie

E-mail Print PDF

Photo groupe des Ministres africains du Commerce en Mars 2018 à Kigali

Kigali: La Zone de Libre-Echange Continental (ZLEC) ou Continental Free Trade Area (CFTA) dont la signature par les Chefs d’Etats africains est prévue à Kigali ce 21 Mars 2018, offre un marché libéralisé propre à stimuler la productivité agricole et l’agro-industrie.

Les pays ayant un fort potentiel et une forte production agricole seront particulièrement bien placés pour tirer parti des nouvelles possibilités offertes dans l’agro-industrie et l’agro-transformation, contribuant ainsi à satisfaire les exigences de sécurité alimentaire de l’Afrique et à réduire ses importations de produits alimentaires et atteindre l’auto-suffisante alimentaire.

Cela permet à ces pays de quitter naturellement l’agriculture de substance, comme tenu de leurs nouvelles capacités de production et de connaissances agricoles. Depuis 2000, le marché africain représente plus de 50 % de la croissance des exportations des aliments transformés et des boissons.

Les mesures d’accompagnement qui devraient aider ces pays à tirer le meilleur des avantages de la ZLEC comprennent la facilitation du commerce et la mise en place des infrastructures liées au commerce. La nature périssable de la plupart des denrées alimentaires indique qu’ils sont particulièrement sensibles à la durée des formalités de dédouanement et de la logistique.

La ZLEC offre un marché libéralisé propre à valoriser les ressources naturelles

La majorité  des pays africains sont considérés comme des pays riches en ressources. Les droits de douane sur les matières premières sont déjà réduits et la ZLEC n’aura aucun mal à promouvoir davantage les exportations. 

Cependant en abaissant les droits de douanes sur le commerce intra-africain des produits intermédiaires et des produits finaux, la ZLEC va créer des opportunités supplémentaires pour ajouter de la valeur aux ressources naturelles. Peut-être le plus important pour ces pays reste que la ZLEC offrira des opportunités de diversification des exportations dans d’autres secteurs d’exportation industrialisés.

La ZLEC se donne  ainsi pour ambition de réduire la dépendance à l’égard des exportations de ressources et contribuer au développement industriel de l’Afrique.

Il faudra pour cela attirer les investissements et bâtir de nouvelles capacités de production dans ces pays. Les mesures visant à améliorer l’information peuvent aider les investisseurs et les operateurs à identifier ces opportunités alors que la facilitation du commerce et l’amélioration de l’infrastructure liée au commerce faciliterons davantage le financement de ces investissements.

La ZLEC peut améliorer l’accessibilité des pays sans littoral

Il sera également important d’accompagner la ZLEC de mesures supplémentaires pouvant améliorer le transit et les infrastructures liées au commence, et faciliter le commerce. En effet, ces éléments son reconnus par les Programme d’action d’Almaty, adopté par les Nations Unies en 2003, comme composantes essentielles du soutien apporté au développement des pays sans littoral. Parmi les initiatives particulières jugées utiles, on peut citer la mise en place d’un système efficace d’opération unique de dédouanement, les reformes douanières, l’informatisation des documents de transit et l’investissement dans l’infrastructure routière.

Des mesures spéciales sont nécessaires pour les groupes vulnérables qui pourraient être lésés par la libération du commerce dans le cadre de la ZLEC.

Il est particulièrement important d’identifier et de traiter les effets néfastes de la ZLEC sur les groupes vulnérables ou sensibles. Ces groupes peuvent s’avérer moins résistants même aux chocs de faire ampleur ou manquer de ressources nécessaires au recyclage et à la recherche de nouvelles opportunités.

Dans la mesure du possible, la ZLEC et ses mesures d’accompagnement doivent inclure des dispositions qui sont particulièrement avantageuses pour ces groupes afin de s’assurer qu’ils partagent les avantages qu’apporte la ZLEC et sont protégés, si nécessaire. Quatre groupes infranationaux sont considérés comme étant potentiellement vulnérable dans le contexte de la ZLEC et nécessitent une attention particulière: a) les petits exploitants agricoles, b) les commerçants transfrontaliers du secteur informel, c) les femmes, et d) les jeunes. (A suivre…)


 

 

Rwanda: Doing Business

Banner

FAO au Rwanda

Banner