Génocide dans la préfecture de Cyangugu: actes de violence et persécutions contre les Tutsi dans l’usine CIMERWA

La CIMERWA, une usine de fabrication de ciment, est située dans l’ancienne commune de Bugarama, actuellement, secteur de Muganza, district de Rusizi. Elle a été fondée en 1980 sur un partenariat entre le gouvernement du Rwanda et de la Chine. Ses travaux de construction s’étalèrent sur cinq ans et furent donc mis en service en 1985. Depuis 1991, Sebatware Marcel, de Ruhengeri, commune de Mukingo sur la même colline avec le ministre Joseph Nzirorera, est devenu directeur général de l’usine. Sebatware était le beau-frère du général Déogratias Nsabimana également connu sous le nom de Castar qui était le chef d’état-major des Forces armées rwandaises (FAR).

Comme expliqué dans l’étude menée par la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG) sur l’histoire du génocide contre les Tutsi dans l’ancienne préfecture de Cyangugu, après être devenu directeur général de l’usine, Marcel Sebatware a mis dans des postes de haut rang des gens du nord du pays, Ruhengeri et Gisenyi, avec lesquels il avait en commun l’idéologie de la haine à savoir Sebageni Théoneste qui était son beau-frère et sa femme Claudine, Kazungu Gaspard qui était le demi-frère du ministre Nzirorera Joseph était en charge du génie civil tandis que son épouse Mukankaka Laurence qui serait fille de Laurent Semanza, ancien bourgumestre de la commune de Bicumbi et ami de Habyarimana et Nzirorera a été nommée dans les ressources humaines.

Mpozembizi Jean Pierre de l’ancienne commune Rwerere à Gisenyi était le chef des services électriques. Ntibankundiye Asumani de l’ancienne commune de Rwerere à Gisenyi est devenu chef du service d’échauffement des machines. Nkusi David de l’ancienne commune de Nkuli à Ruhengeri, cousin de Sebatware Marcel, a été embauché en 1993 comme officier des ressources humaines et a agi en tant qu’officier du renseignement au CIMERWA. Uwayezu Jean de Ruhengeri était embauché comme comptable depuis 1992. En 1992, Sebatware a également embauché Ntawumenyumunsi Pascal de Gisenyi, commune de Kanama à Nyundo.

Parmi les extrémistes de la CIMERWA, il y avait aussi Ndorimana Casimir de Cyangugu dans l’ancienne commune de Gisuma qui était le chef des ingénieurs de l’usine; il travaillait pour CIMERWA depuis 1985.

En général, l’usine CIMERWA était un cercle restreint d’extrémistes de Ruhengeri et Gisenyi regroupés au sein du parti CDR. Une fois le cercle restreint établi, ces derniers se sont entendus avec la milice locale Interahamwe pour concevoir et mettre en œuvre le génocide contre les Tutsi. Il a travaillé avec des tueurs notoires, notamment Bandetse Edouard qui était un riche homme d’affaires à Bweyeye et le caissier du MRND dans la préfecture de Cyangugu, Bakundukize Elias qui était un riche homme d’affaires à Bugarama et Kamembe, Munyakazi Yussuf, un riche homme d’affaires à Bugarama et d’autres. Bakundukize Elias et Munyakazi Yussuf étaient tous deux de Kibuye, dans l’ancienne commune de Rwamatamu.

Les dirigeants de l’usine CIMERWA ont été caractérisés par les persécutions des Tutsi qui travaillaient pour l’usine sur des allégations selon lesquelles ils seraient complices du FPR-Inkotanyi. Comme l’ont expliqué des témoins, ils avaient établi des listes des Tutsi à tuer, qui ont été utilisées pour les rechercher. Ils ont soutenu qu’aucun Tutsi travaillant pour l’usine ne devrait survivre, affirmant qu’ils travailleraient avec le FPR Inkotanyi.

Depuis 1993, les extrémistes de l’usine CIMERWA, dirigés par Marcel Sebatware, ont joué un rôle important en incitant les jeunes à adhérer à la milice Interahamwe; des formations  étaient dispensées au terrain de basket de CIMERWA et offertes par des soldats envoyés par le Lt Samuel Imanishimwe.

Sebatware a joué un rôle direct dans l’établissement et la formation des Interahamwe, les armant et les incitant à tuer les Tutsi. Comme l’explique Habarurema Jean Paul dans les témoignages qu’il a rendus devant les juridictions Gacaca lors du procès de Marcel Sebatware dans lequel il réitère qu’il y a des armes apportées par le Lt Col Claudien Singirankabo, de Mutimasi dans la commune de Cyimbogo, qui ont été remises à Marcel Sebatware. Les armes ont aidé les Interahamwe à apprendre à manier les armes et ont ensuite été utilisées dans le génocide. (Fin).

Please follow and like us:

Leave a Reply