La Commission Nationale de Cohésion et d'Intégration au Kenya a visité le Rwanda

Wednesday, 07 March 2018 15:04 by administrator
Print

Kigali: Un groupe de 15 parlementaires et membres de la Commission Nationale de Cohésion et d'Intégration (NCIC) au Kenya a visité la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG) pour apprendre par l'expérience du Rwanda sur les conséquences de l'appartenance ethnique négative et les efforts déployés par le Rwanda pour promouvoir la paix et la cohésion nationale.

A la CNLG, la délégation kényane a été reçue par le Dr Jean-Damascène Gasanabo, Directeur Général du Centre de Recherche et de Documentation sur Génocide au sein de la CNLG, qui a fait une présentation au groupe et répondu aux questions sur le Génocide commis contre les Tutsi.

Le Dr Gasanabo leur a expliqué comment la CNLG est structurée, sa vision, sa mission, ses stratégies et les défis que rencontre cette commission. Il a également expliqué l'histoire du Génocide perpétré contre les Tutsi et les différentes mesures prises par la CNLG pour la prévention du génocide et la lutte contre son idéologie, notamment le négationnisme du génocide.

En outre, il a leur expliqué comment des juridictions Gacaca ont joué un grand rôle dans la promotion de l'unité et de la réconciliation entre Rwandais et leur a dit que les archives de ces juridictions sont actuellement en phase finale de leur digitalisation pour assurer leur préservation.

Enfin, le Dr Gasanabo a déclaré que la prévention du génocide et la lutte contre l'idéologie génocidaire sont le devoir non seulement du Rwanda mais de toute la communauté internationale, et il les a exhortés à se joindre à la lutte contre le négationnisme dans leur pays  parce ce que  beaucoup de négationnistes vivent et opèrent à l'extérieur du Rwanda.

S'exprimant au nom de la délégation, l'honorable Dan Wanyama a déclaré que cette visite était pertinente à la suite des élections générales récemment conclues qui ont divisé leur pays en fonction de différentes tendances, notamment l'origine ethnique.

"Nous espérons que cette visite nous permettra de mieux comprendre les dynamiques sociales qui poussent les sociétés au bord de la destruction et les actions nécessaires pour rétablir les relations post-conflit entre les différentes communautés". (Fin)