Rwanda News Agency Grands Lacs Hebdo

The Rwanda News Agency website is a newswire based in Kigali. It is neither state-owned nor state-run.

It is a subscription service and you are not logged in, so some content is hidden. Login to access full stories, or register for a free trial.

Le MTPI renforce les mesures pour la chasse aux fugitifs génocidaires rwandais

E-mail Print PDF

Kigali: Cela a été déclaré par le Procureur du Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux (MTPI), le Dr Serge Brammertz, lors d'une conférence de presse tenue aux bureaux du procureur général du Rwanda à Kigali.

Le Dr Brammertz a déclaré que son bureau intensifiera ses efforts pour poursuivre les principaux suspects du Génocide commis contre les Tutsi en 1994  qui restent en fuite 24 ans plus tard.

Parmi les trois principaux fugitifs qui continuent de faire l'objet du MTPI figurent Félicien Kabuga, Protais Mpiranya et Augustin Bizimana.

Kabuga, un ancien homme d'affaires, est connu pour avoir été l'un des principaux sponsors du génocide, Mpiranya était le commandant de la notoire garde présidentielle, tandis que Bizimana était le ministre de la Défense pendant le Génocide perpétré contre les Tutsi.

Donnant des actualités sur le processus de poursuite des génocidaires en fuite, le Dr Brammertz a déclaré avoir réactivé un certain nombre d'équipes de recherche.

«Nous avons mis en place un certain nombre de stratégies. Nous travaillons très dur. Je suis d'accord avec vous pour dire que nous n'avons pas réussi jusqu'ici à faire arrêter les principaux fugitifs. C'est une réalité et cela malgré le fait qu'un certain nombre de personnes travaillent à plein temps pour essayer d'identifier les endroits où ils se cachent», a-t-il dit.

"Je suis évidemment en train de faire participer certains de mes collègues qui ont travaillé avec moi sur la chasse aux fugitifs dans l'ex-Yougoslavie. C'est un fait que nous avons eu le privilège de fermer le TPIY sans aucun fugitif. Il était également très difficile que de nombreuses années plus tard, Radovan Karadadić et Ratko Mladić aient été arrêtés après avoir été en fuite pendant 15 et 17 ans", a-t-il ajouté.

Le procureur onusien  dit qu'il y a des leçons apprises et il y a quelques mois, ils ont commencé à mettre en place une nouvelle stratégie avec des technologies modernes en termes de recherche avec une coopération accrue avec les partenaires.

«C'est extrêmement difficile parce que ce sont des individus avec des identités différentes qui ont réussi à se cacher pendant de nombreuses années avec évidemment un réseau de soutien qui existe encore", a-t-il ajouté.

Le Dr Brammertz a également évoqué la libération anticipée des condamnés du génocide par le MTPI.

«Mon bureau, il y a deux ans, a demandé un changement de règle à cet égard. Il est toujours en cours d'examen par les juges et je pense qu'au moins quelqu'un qui est libéré avant d'avoir purgé sa peine devrait recevoir des conditions spécifiques telles que de ne pas être un négationniste du génocide ou quelqu'un qui glorifie les crimes commis».

Sur les 90 personnes inculpées par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), huit sont toujours en fuite.

Le Procureur du TPIR avait demandé des renvois au Rwanda dans les affaires des cinq autres fugitifs: Fulgence Kayishema, Charles Sikubwabo, Aloys Ndimbati, Ryandikayo et Phéneas Munyarugarama.

Le Dr Brammertz a fait remarquer que le suivi était encore entre les mains du MTPI, ajoutant qu'il demeurera opérationnel pendant de nombreuses années à venir, mais s'il ne parvient pas à obtenir les fugitifs restants, il mettra le problème sur table pour voir si les cas peuvent être transférés au Rwanda car ils ont des finances limitées.

«Ce sera un échec de la justice internationale si, en fin de compte, nous ne sommes pas en mesure d'obtenir les derniers fugitifs. C'est notre priorité pour les prochaines années à venir, mais si nous échouons, nous devons également trouver un moyen de transférer ces cas», a-t-il noté.

Le procureur général du Rwanda, Jean Bosco Mutangana, a signalé que 18 suspects de génocide ont été transférés au Rwanda pour y être jugés tandis que 21 autres ont été jugés dans d'autres pays du monde, en particulier en Europe.

Le Bureau du Procureur du Mécanisme dispose d'une équipe de suivi chargée de collecter des informations sur les mouvements et les activités des fugitifs du génocide et de fournir un soutien aux autorités nationales chargées de l'application des lois pour les arrêter. (Fin)

 

 

Rwanda: Doing Business

Banner

FAO au Rwanda

Banner