René Claudel Mugenzi: l’opposant rwandais trahi par ses médias sociaux

Sur cette photo prise lors d’une course à pied et publiée sur Facebook, le maillot de M. Mugenzi porte l’indication Norwich.

Le 24 octobre des médias britanniques ont révélé que l’activiste des droits de l’homme et opposant politique rwando-britannique René Claudel Mugenzi a été condamné à 27 mois de prison pour avoir détourné 220 millions de livres sterling au détriment de l’église catholique Saint Saint Jean-Baptiste de Norwich.

Le procès durait depuis juillet mais on en a rien su parce que M. Mugenzi et son avocat avaient convaincu les juges que la publicité autour de cette affaire mettrait la vie du premier en danger.

M. Mugenzi est un des opposants aux autorités rwandaises les plus connus et les plus écoutés et en 2011 les services de renseignements et d’autres services de sécurité britanniques l’avaient prévenu de possibles menaces contre sa vie de la part de ces mêmes autorités.

Pour protéger la vie de l’activiste, ses juges, dans cette affaire de vol des denier de l’église où il était un trésorier bénévole, ont donc interdit à la presse d’écrire quoi que ce soit.

C’était sans compter sur quelques journalistes aussi déterminés que fouineurs qui ont consulté quelques comptes de l’intéressé sur les réseaux sociaux style LinkedIn, Twitter et autre encyclopédie participative tel que Wikipédia pour se rendre compte que l’adversaire de Kigali ne prenait pas de précautions particulières pour rendre la tâche plus difficile aux éventuelles barbouzes rwandaises opérant au Royaume-Uni. En 2016, il s’était aussi présenté aux élections législatives.

Nos têtus fouineurs ont donc ramassé tout ça et l’ont mis sous le nez des magistrats qui ont finalement levé l’interdiction pour la presse d’évoquer l’affaire puisque tous les agents secrets rwandais pouvaient s’informer en ligne et en détail sur la localisation et les activités de M. Mugenzi.

D’après nos compatriotes complotistes, le pouvoir de Kigali est derrière cette arrestation malgré que M. Mugenzi ait plaidé coupable pour ledit détournement dont le fruit a été utilisé pour entretenir son addiction aux jeux d’argent.

Si la chute de M. Mugenzi est du pain bénit pour ceux qu’il critiquait inlassablement en kinyarwanda, en français et en anglais, les deniers de l’église de Norwich n’ont pas été réorientés par et via Kigali pour le piéger.

Triste affaire pour M. Mugenzi et sa famille mais aussi pour les Norwichois qui lui avaient fait confiance, ses amis et ses camarades de lutte. Et les Rwandais au Royaume-Uni. [Source : https://nkbnkb.wordpress.com/].

Please follow and like us: